Droit du travail : se faire défendre par un avocat spécialisé

avocat
Les avocats ont un rôle incontestable devant un tribunal, comme le conseil de prud’hommes. Mais on sait moins que les avocats peuvent aussi assister les salariés dans beaucoup d’autres circonstances. Faire appel à leurs services, c’est s’assurer que la meilleure défense de ses droits et de ses prérogatives, avoir un avis éclairé sur une situation précise, arriver à régler de façon amiable un différend avec son employeur. Il n’est pas besoin d’en arriver au niveau du tribunal, pour se faire conseiller et tenter de résoudre des litiges de façon efficace. Les avocats sont parfaitement formés aux réglementations du travail et à leurs nombreuses évolutions, comme les « Lois Travail » dernièrement, et ils sont les mieux est à même de vous aider à trouver des solutions, dans le sens de vos intérêts. Ils auront aussi un regard éclairé sur les options possibles, les demandes raisonnablement ambitieuses qui peuvent être faites, le formalisme à appliquer pour une procédure, les failles éventuelles dans le traitement des dossiers par la partie adverse. Là aussi, le regard acéré de l’avocat sera très précieux.

Droit du travail: Pourquoi faire appel à un avocat?

On ne soupçonne pas à quel point un avocat de venir en aide à un salarié en difficulté : s’il a une question sur l’application des règles sur son bulletin de paie, si la relation est délicate avec son manager, s’il n’a pas d’avancement depuis plusieurs années dans l’entreprise, le salarié peut être victime d’une injustice ou d’une mauvaise application de la réglementation. Cela peut parfaitement justifier réparation. Sans que cela n’oblige le salarié à prendre des actions contentieuses ensuite, le conseil de l’avocat en droit du travail va lui donner une vision claire de la situation. Il est vrai que d’autres personnes en interne, pourraient les renseigner : le département des ressources humaines ou les organisations syndicales. Mais ces interlocuteurs dits « partenaires sociaux » ne sont pas toujours impartiaux et peuvent être partie prenante de l’une ou l’autre des solutions, ce qui n’est pas forcément dans l’intérêt du salarié lui-même. Beaucoup de salariés préfèrent faire intervenir un conseil neutre et l’avocat est l’expert idéal.

La nature des interventions d’un avocat

Un avocat en droit du travail pourra par exemple faire la lumière sur une situation délicate entre un salarié et son manager. Il pourra tenter de constituer des preuves, solliciter des témoignages, qui viendraient essayer de prouver un comportement inapproprié. L’avocat connaît en effet les attentes de la justice pour pouvoir prouver qu’une situation existe. Il ne suffit pas que le salarié se plaigne de son manager, relate certains comportements, s’il n’a pas la possibilité de prouver ses dires. Le rôle de l’avocat sera leur de consolider la position du salarié, de vérifier le formalisme et la véracité des témoignages, de rechercher des preuves matérielles venant étayer la position du salarié. Il sera aussi à même de formaliser et de mettre en avant la position du salarié, dans des documents de teneur juridique. Il peut donc intervenir à tout moment, lorsqu’une situation se présente, mais également si un conflit est déjà déclaré. En tant que garant de neutralité, il est soumis au secret, et il a la capacité juridique de traiter avec son confrère, missionné lui par l’entreprise. En effet, il ne faut jamais oublier que les employeurs sont, de leur côté, conseillés par leurs propres avocats : pour être sur un pied d’égalité, pour avoir les mêmes chances de succès et faire valoir ses droits pleinement, il est important que les salariés sont, eux aussi, assistés.

L’avocat en droit du travail : un rôle de conseiller déterminant

Dans une situation de contentieux, le salarié se trouve toujours en position d’infériorité. C’est l’employeur qui a le pouvoir disciplinaire, c’est lui qui tient les cordons de la bourse, il a tout moyen de mettre sa position avant. Le recours à un avocat rééquilibre la relation conflictuelle : ce n’est plus le salarié seul face à une organisation, mais un avocat, spécialiste du droit du travail, qui le représente en défendant un dossier face un autre avocat, représentant l’entreprise. De plus, là où le salarié sera très souvent soumis à de fortes émotions, peu au clair avec les arguments juridiques, perturbé à titre personnel autant que professionnel par les difficultés qu’il rencontre, l’avocat pourra l’éclairer et le conseiller de la meilleure façon, compte tenu de sa compréhension du dossier et de ses connaissances juridiques.

L’avocat dans la procédure au conseil de prud’hommes

Si le contentieux ne peut être résolu à l’amiable, et que la procédure prud’homale est engagée, là encore le rôle de l’avocat sera décisif. Il a le savoir-faire pour constituer un dossier solide, formaliser les preuves, argumenter la position du salarié et plaider devant le conseil. Il faut savoir là aussi, que l’employeur fera plancher lui aussi un avocat. Il s’agit donc d’une phase où exercent des spécialistes. On sait que dans 3 quarts des contentieux prud’homaux, c’est le salarié qui obtient gain de cause, pleinement ou partiellement en fonction de ses demandes. Cela vaut la peine de se faire assister!


Comité d’établissement : quelle est la différence avec le Comité d’Entreprise ?
Représentant syndical au comité d’entreprise : quel est son rôle ?